Interview de l’entreprise Makgoodies
15 octobre 2020
BIOL@B à Amiens, l’innovation, santé et nutrition
17 novembre 2020

Interview de l'entreprise Vexport

Apprenons à découvrir, l'entreprise Vexport, récemment installée à la pépinière Jules Verne, autour de quelques questions.

Qui êtes-vous ?

Je suis Virginie DEBRY et j’ai 34 ans. [Rires.]

Quel est votre parcours ?

Virginie : J’ai fait beaucoup de choses [Rires.] Je suis diplômée d’un DUT Gestion des Entreprises et Administration obtenu à l’IUT d’Amiens et d’une licence de Marketing que j’ai effectué en Irlande. J’ai intégré une école de commerce à Strasbourg où j’ai obtenu un Master Grandes Ecoles et un Master Commerce International. Dans le cadre du programme ERASMUS, j’ai étudié et travaillé en Irlande et en Espagne. J’ai commencé ma carrière professionnelle à Paris dans une société de cosmétique, MGC International, où j’ai travaillé durant neuf ans. Mon objectif était de restructurer le service commercial qui était à l’abandon et de développer nos produits à l’export notamment à destination de l’Afrique Noire et du Moyen-Orient. Nous avons créé nos propres marques de cosmétique ! [Mission accomplie !] Au bout de ces neuf ans, j’ai eu une belle opportunité professionnelle dans un grand groupe qui, malheureusement, n’a pas collé avec mon caractère ni avec mes attentes. À ce moment, MGC International annonçait sa fermeture et j’ai donc aidé mon ancien directeur, qui est devenu un ami, à mettre un point final à cette belle aventure. Je me suis beaucoup remise en question, j’ai eu quelques désillusions professionnelles et une envie de créer ma société. Je me suis lancée et Vexport est né ! J’ai gardé le même principe que MGC International sauf que je ne stocke pas les produits cosmétiques et que je travaille aussi bien avec mes clients africains qu’avec des destockeurs et des grossistes en Europe.

[Que de rebondissements !]

Expliquez-moi votre activité comme si j’étais un enfant de dix ans.

Virginie : Ouille ! [Rires.]

[Je vous assure que c’était ses premiers mots !]

C’est simple, j’achète des produits cosmétiques auprès de mes fournisseurs pour les revendre à mes clients qui se trouvent principalement en Afrique. Mes clients peuvent être des pharmacies, des grandes surfaces, des grossistes, etc.

[Je trouve que Virginie s’est est plutôt bien sortie. Pas vous ?]

Si vous deviez vous décrire en trois mots ?

Virginie : ambitieuse, constante et accessible. C’est ce qui me permet de fidéliser mes clients et de créer une relation de confiance avec eux.

Votre plus grand rêve ?

Virginie : j’ai réussi à accomplir beaucoup de mes rêves. J’enseigne également à l’IUT d’Amiens ce qui me permet de retrouver ce côté humain puisque je suis seule au sein de ma société. J’aime le management et j’aime transmettre. J’ai trouvé un bon équilibre en créant ma société et en enseignant auprès des étudiants. Mais pourquoi ne pas développer ma société en Amérique Latine et recruter ou créer une autre société dans le domaine du loisir ?

[Beaucoup de projets en tête.]

Pourquoi avoir choisi le nom Vexport pour votre entreprise ?

Virginie : le « V » pour Virginie, export puisque je suis spécialisée dans l’exportation et je voulais un nom qui soit compris par tous. D’ailleurs, mon logo représente le continent africain dans sa forme mais également dans sa couleur terracotta.

Quel est votre héros préféré ?

Virginie : c’est dur ! [Rires.] J’ai envie de choisir une femme puisque j’en suis une donc Simone Veil mais d’un autre côté mon cœur balance avec l’Afrique alors je dirais Nelson Mandela. Je peux ne pas choisir ? [Rires.]

[Allez, faisons un mix de ces deux belles personnes !]

Quel a été votre ressenti lors de votre premier jour à la pépinière ?

Virginie : j’ai été très bien accueillie et je me suis sentie à l’aise ! J’avais besoin d’un cadre de travail et je ne voulais surtout pas me retrouver seule. Le côté humain est important pour moi !

Quelles sont vos attentes vis-à-vis des pépinières ?

Virginie : j’ai hâte de participer aux événements des pépinières afin de découvrir les autres chefs d’entreprises qui ont les mêmes difficultés que moi, de pouvoir échanger sur nos problématiques et sur nos expériences. Le contexte sanitaire actuel fait que bons nombres de manifestations ont été annulées, je suis donc impatiente de pouvoir y participer !

[Nous avons également hâte de pouvoir tous vous y retrouver !]

Que peut-on vous souhaiter dans votre vie professionnelle ?

Virginie : de la réussite et encore de la réussite !

[Avec tous nos vœux de réussite alors !]