PRESSE | SecondLIFE
13 mars 2019
PRESSE | Besmart-edu
2 avril 2019

Interview de I'entreprise Kiece

Retour d'expérience de l'entreprise Kiece suite à son passage au sein des pépinières.

Pouvez-vous vous présenter et m’expliquer votre parcours ?

Nicolas Flicourt, je viens de fêter mes 40 ans. J’ai étudié à La Providence sur Amiens où j’ai obtenu mon BTS Electrotechnique. J’ai débuté mon parcours professionnel en tant que technicien de maintenance dans le domaine de l’électricité ensuite je me suis spécialisé dans celui de la sécurité. J’ai travaillé onze ans dans une société en tant que commercial puis j’ai gravi les échelons et j’ai obtenu le poste de responsable d’agence Amiens, Lille et Beauvais. En 2013, j’ai décidé de créer mon entreprise Kiece, spécialisée dans le domaine de la surveillance électronique. Je me suis donc rapproché de la Chambre de Commerce et d’Industrie Amiens-Picardie pour entreprendre les démarches. J’étais également à la recherche d’un local et les pépinières d’entreprises m’ont été présentées. Nous avons donc démarré l’activité à quatre personnes au sein de la pépinière Jules Verne basée à Boves où nous sommes restés deux ans. L’entreprise était bien située avec un loyer attractif, nous avons très vite évolué et rapidement nous avons eu besoin d’un local plus grand. Aujourd’hui, notre agence d’Amiens compte 17 personnes.

[Quel parcours !]

Que retenez-vous de votre passage ?

Nicolas : c’est un véritable tremplin ! Il faut savoir qu’un chef d’entreprise doit gérer la partie sociale, administrative et comptable, ce n’est pas chose facile. Le fait de pouvoir en discuter avec d’autres chefs d’entreprises qui étaient dans la même situation que la mienne était rassurant.

Comment se porte votre société aujourd’hui ?

Nicolas : très bien ! [Rires.] Nous comptons trois agences : Amiens, Paris et dans le Nord à côté de Béthune. J’ai également créé une autre société Cityprotect, spécialisée dans la surveillance urbaine, basée à Rivery. Et nous avons d’autres projets ! Pourquoi ne pas se développer à l’international dans une vingtaine d’années ? [Rires.]

[C’est tout ce que l’on vous souhaite !]

Votre meilleur souvenir ?

Nicolas : il y en a beaucoup ! [S’il fallait n’en retenir qu’un ?]
L’inauguration des locaux ! Nous avons invité nos collaborateurs, nos partenaires et nos clients, c’était une réelle fierté !

Un conseil pour réussir ?

Nicolas : il faut se projeter à moyen et long terme, surtout au long terme. Il ne faut pas se mettre de frein ! Il est également important de savoir s’entourer dans sa vie professionnelle et de se sentir soutenu dans sa vie personnelle. Lorsque j’ai démarré mon activité, j’ai fait des sacrifices financiers et personnels mais cela m’a permis de pouvoir m’entourer de techniciens qualifiés et de confiance. J’accorde beaucoup d’importance au côté humain, il faut apprendre à connaître ses collaborateurs et à les fédérer. Chose primordiale : un bon cabinet comptable ! C’est un coût, c’est vrai, mais il ne faut pas négliger ce point.

Que peut-on vous souhaiter ?

Nicolas : ouvrir d’autres agences et surtout continuer sur cette lancée. Aujourd’hui, mes équipes et moi-même sommes épanouis et pour moi c’est le plus important.