PRESSE | MY BLOCKCHAIN COMPANY
11 février 2019
PRESSE | SecondLIFE
13 mars 2019

Interview de I'entreprise Alliaverre

L'entreprise Alliaverre, reviens sur son parcours au sein de la pépinière Amiens, le L@b' et de la pépinière Jules Verne.

Pouvez-vous vous présenter et m’expliquer votre parcours ?

Je m’appelle Moez BEN AMAR et je suis d’origine tunisienne. Je suis arrivé en France en 2005 dans le cadre de mes études puisque j’ai étudié durant cinq ans l’économie et la gestion sur Amiens. Après avoir obtenu mon diplôme, je suis retourné en Tunisie pour reprendre l’entreprise familiale de miroiterie qui a été créée par mon grand-père en 1937 puis reprise par mon père en 1979. Cependant, j’avais une vision différente de l’entreprenariat, j’ai donc décidé de mettre en œuvre le savoir-faire de ma famille en France. En 2012, l’entreprise Alliaverre agissant dans le domaine du verre plat est née. J’ai débuté mon parcours à la pépinière, Amiens le L@b’ puis à la pépinière Jules Verne pour m’installer par la suite au Pôle Jules Verne à Boves avec l’aide de la Chambre de Commerce et d’Industrie Amiens-Picardie. Aujourd’hui, nous fournissons deux branches dans le verre : le bâtiment et l’intérieur. Le bâtiment représente l’enveloppe extérieure du bâtiment c’est-à-dire la façade et la menuiserie. Et, pour l’intérieur, il s’agit des cloisons, des parois de douches, des gardes corps en verre, etc. Nous choisissons nos fournisseurs avec beaucoup de minutie puisque la qualité des produits doit être au rendez-vous. Nous devons donner entière satisfaction à nos clients qui se trouvent aux quatre coins du monde. Il faut donc savoir s’adapter et comprendre le besoin de chacun.

Que retenez-vous de votre passage ?

Moez : c’est une belle expérience humaine ! Sincèrement, j’ai eu de la chance de croiser le chemin de Christophe LAIGNEL (Manager des Pépinières). C’est une personne qui est de très bons conseils et que je consulte encore aujourd’hui. De plus, les pépinières permettent d’avoir un soutien logistique par le biais des salles de réunions, des services mutualisés et des loyers à des prix attractifs. C’est un bel endroit pour débuter son activité.

[Que de compliments !]

Comment se porte votre société aujourd’hui ?

Moez : très bien ! Il y a un an, ma femme a rejoint l’entreprise pour s’occuper de la partie administrative et financière, ce qui me soulage énormément. [Rires.] Nous sommes sept personnes au total. L’aspect humain est très important puisqu’une entreprise ce n’est pas simplement des bureaux mais c’est surtout une équipe compétente, impliquée et que l’on fédère. Il faut s’entourer de personnes en qui nous avons pleinement confiance.

Votre meilleur souvenir ?

Moez : mon premier rendez-vous avec Christophe LAIGNEL ! Rires.] Je suis arrivé au rendez-vous hésitant et stressé, j’ai présenté mon projet numérique dans le verre et Christophe a immédiatement adhéré. Il m’a accompagné, il croyait en moi et il vivait mon projet comme moi je le vivais. Je lui en suis très reconnaissant !

[Il est fier de votre parcours, nous en sommes certains.]

Un conseil pour réussir ?

Moez : toujours croire en soi et en son projet. Il faut persévérer et ne pas avoir peur de l’échec car l’échec est formateur. L’entreprenariat n’est pas un long fleuve tranquille et il ne faut pas non plus se reposer sur ses acquis. Il faut être prêt à prendre des risques pour sans cesse se développer. Il ne faut pas avoir peur mais il faut du courage ! Et, il faut rester humble.

[Alors, on se relève les manches et on y croit !]

Que peut-on vous souhaiter ?

Moez : du courage et du succès ! Nous avons d’autres projets à l’international et j’espère qu’ils se concrétiseront.

[Vous le méritez et nous sommes de tout cœur avec vous !]